Retour à
Accueil
Sites du Groupe Recherche
Contact English

EDF Renouvelables et Zero Waste signent un protocole d’accord sur le développement d’un méga-projet d’hydrogène vert avec le gouvernement égyptien représenté par le ministère de l’Électricité, l’Autorité générale de la Zone économique du canal de Suez (SCZONE) et le Fonds souverain d’Égypte (TSFE)

  • Non classifié(e)
  • Stockage
  • La Green Fuel Alliance prévoit de développer en Égypte une usine d’une capacité de 350 000 tonnes par an dédiée à la production d’ammoniac vert, qui servira de carburant d’avitaillement pour assurer le trafic maritime dans le canal de Suez ;
  • La première phase du projet doit être lancée en 2026. Dans un second temps, la phase d’expansion devrait être pleinement mise en œuvre d’ici à 2030 ;
  • La Green Fuel Alliance prévoit la construction d’un parc photovoltaïque et éolien de 650 MW pour alimenter en énergie verte l’usine d’ammoniac.

Le Caire, ÉGYPTE – le 22 avril 2022 : Le consortium « Green Fuel Alliance » dirigé par EDF Renouvelables, un leader de la production d’électricité d’origine renouvelable dans le monde, et l’entreprise émirienne Zero Waste, société de premier plan développant des projets dans les secteurs des engrais, du pétrole et du gaz, de la production d’électricité et du ciment en Egypte, a signé un Protocole d’accord (MoU, Memorendum of Understanding) avec l’Autorité égyptienne des Energies nouvelles et renouvelables (NREA), la Société égyptienne de Transport d’Electricité (EETC), l’Autorité générale de la Zone économique du canal de Suez (SCZONE) et le Fonds souverain d’Égypte (TSFE). Cet accord de coopération porte sur le développement conjoint d’un méga-projet de production d’hydrogène vert et d’ammoniac vert qui sera situé dans la Zone économique du canal de Suez.

Ce protocole d’accord, qui vient renforcer le partenariat stratégique entre les deux entités, permettra au secteur du transport maritime de parvenir plus rapidement à la neutralité en carbone à travers la fourniture d’un carburant décarboné aux navires et aux méthaniers qui traversent le canal de Suez, l’une des voies navigables les plus importantes et les plus stratégiques au monde. Cette collaboration s’inscrit dans l’engagement du ministère de l’Électricité, de la SCZONE et du TSFE en faveur de la diversification du mix énergétique égyptien, qui vise à augmenter la contribution des énergies renouvelables, de l’hydrogène vert et de la production en aval d’ammoniac vert.

En présence du Dr Moustafa Madbouly, Premier ministre égyptien, du Dr Mohamed Shaker, ministre de l’Électricité et des Énergies renouvelables, et du Dr Hala Elsaid, ministre de la Planification et du Développement économique, le protocole d’accord a été signé par Frédéric Belloy, Directeur International d’EDF Renouvelables, Amr Elsawaf, Président de Zero Waste, Yehia Zaki, Président de la Zone économique du canal de Suez, Sabah Mashaly, Présidente de l’EETC, Mohamed El Khayat, Président de la NREA et Ayman Soliman, Directeur Général du TSFE, à l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue au Caire.

Yehia Zaki, Président de l’Autorité générale de la zone économique du canal de Suez, a commenté cet événement : « La Zone économique du canal de Suez se réjouit de l’opportunité offerte par ce partenariat avec des entités publiques et privées de premier plan, qui unissent leurs forces pour le développement de ce méga-projet. Nous sommes très impatients d’assister, au cours des prochains mois, au lancement de la première étape vers l’adoption de la technologie d’ammoniac vert et la création d’un hub industriel de carburants verts dans la SCZONE. Nous sommes prêts à apporter tout le soutien nécessaire à la bonne mise en œuvre de ce projet ».

Ayman Soliman, Directeur général du Fonds souverain d’Égypte, ajoute : « Nous nous félicitons d’assister au développement d’un nouveau méga-projet dans le domaine de l’hydrogène vert, qui bénéficie de la collaboration entre le ministère de l’Électricité, la SCZONE et le TSFE, et qui vise à développer des projets phares d’énergie verte. Une fois encore, nous tenons notre promesse de nous associer aux meilleurs acteurs du secteur privé. Nos partenaires pour ce projet, EDF Renouvelables et Zero Waste, acteurs réputés dans le domaine de la production d’électricité bas carbone, apportent leurs connaissances et leur expertise pour donner corps à notre vision partagée d’un système énergétique futur décarboné. Le TSFE s’emploie à tirer parti de la situation géographique idéale de l’Égypte, qui lui confère un attrait incomparable dans le domaine des énergies renouvelables, et de sa proximité aux marchés déficitaires dans ce domaine, pour attirer les investissements privés en Égypte, tirer le meilleur parti des ressources de l’État et ce faisant, de les valoriser. Ces projets démontrent bien la démarche proactive de l’Égypte qui prend des mesures concrètes pour jouer un rôle moteur dans la transition énergétique mondiale, donnant l’exemple en vue de la COP 27 qui sera organisée par l’Égypte en novembre 2022 ».

Frédéric Belloy, Directeur International d’EDF Renouvelables, poursuit : « Le développement d’un grand projet de production d’hydrogène et d’ammoniac verts en Égypte constituera une étape clé pour la région. De plus, ce projet créera également des opportunités professionnelles au niveau local dans ce pays et soutiendra le processus de décarbonation de certaines des industries les plus fortement émettrices de carbone, à savoir le transport et la mobilité. À ce titre, le partenariat apporte une contribution essentielle à notre engagement en faveur de la transition énergétique. Ce projet s’inscrit de manière cohérente dans l’ambition CAP 2030 d’EDF qui vise à porter de 28 GW à 60 GW les capacités nettes en énergies renouvelables en exploitation entre 2015 et 2030. Par extension, il contribuera également au Plan hydrogène d’EDF, dont l’ambition est de parvenir à 3 GW de projets d’hydrogène électrolytique dans le monde d’ici à 2030 ».

Amr Elsawaf, Président de Zero Waste, conclut : « Le leadership visionnaire de l’Égypte a une fois encore démontré son engagement à assurer un avenir meilleur et plus durable pour les Égyptiens et pour le monde entier. En proposant un carburant zéro carbone au secteur du transport maritime traversant le Canal de Suez d’ici à 2026, l’Égypte conservera une place éminente dans la lutte contre le changement climatique. Depuis plusieurs décennies, notre famille participe au développement de projets stratégiques en Égypte et nous sommes désireux de maintenir cette tradition à travers le développement, à tous les niveaux de la chaîne de valeur, de cet important projet de carburant d’avitaillement à partir d’hydrogène vert et d’ammoniac vert issus de sources 100 % renouvelables en Égypte, d’une capacité de 350 000 tonnes d’ammoniac vert par an ».

Photos

 

 

De droite à gauche : Mohamed El Khayat, Président de la NREA ; Sabah Mashaly, Présidente de l’EETC ; Yehia Zaki, Président de la SCZONE ; Ayman Soliman, Directeur Général du TSFE ; Frédéric Belloy, Directeur International d’EDF Renouvelables ; Amr Elsawaf, Président de Zero Waste.

Second rang, de droite à gauche : Dr Hala Elsaid, ministre de la Planification et du Développement économique ; Dr Moustafa Madbouly, Premier ministre d’Égypte ; Dr Mohamed Shaker, ministre de l’Électricité et des Énergies renouvelables.